L’épopée des fantassins cyclistes

Quand les soldats français combattaient à bicyclette.

Exposition présentée du 9 juillet au 1er septembre au musée du Souvenir.

 Au début du XXème siècle, la bicyclette est perçue par les autorités militaires comme un véhicule moderne susceptible d’équiper des formations d’infanterie d’élite, leur apportant un surcroit de mobilité et un avantage tactique significatif.

Cet engouement pour la « vélocipédie »  militaire  transparait  dans « l’alerte », roman futuriste paru en 1910. Le lieutenant colonel DRIANT (alias capitaine Danrit) - officier de Chasseurs qui trouvera une mort héroïque en 1915 au Bois des Caures - y décrit une expédition préludant à l’affrontement entre la France et l’Allemagne. Cette aventure met en scène une poignée de héros, circulant sur des bicyclettes pliantes, ayant pour mission de détruire un pont de chemin de fer.

Ces héros ont bien existé quelques années plus tard. Les 10 groupes de Chasseurs Cyclistes créés à la veille de la première guerre mondiale vont s’y comporter vaillamment et subir de très lourdes pertes. De tous les corps de l’Armée française, seul le 6° Groupe de Chasseurs Cyclistes verra tomber à sa tête, sans en excepter un seul, tous ses Officiers d’active partis en août 1914.

Le musée du Souvenir vous invite à redécouvrir l’épopée de ces fantassins cyclistes dotés de bicyclettes pliantes transportables à dos de soldat .